Une lettre ouverte à Madame la Ministre de l'Éducation nationale a été envoyée le 8 février 2016 par neuf organisations syndicales et associatives de psychologues des établissements scolaires.

Voici plus de 6 mois que les psychologues attendent la sortie des décrets d'application suite à la création du nouveau corps de psychologues de l'éducation (voir le n° 82 de Fédérer) Les organisations du « Groupe des neufs »1 craignent à juste titre que le retard pris par le ministère ne rende partiellement ou totalement caduque cette réforme décisive car rien n'est plus fragile qu'un engagement inachevé (surtout s'il est attaqué !).

Nos organisations ont salué le 1er juillet 2015 votre annonce publique concernant la création du corps des psychologues de l’Éducation nationale, regroupant psychologues du premier degré, conseiller(e)s d’orientation psychologues et Directeur(trice)s de Centre d'Information et d'Orientation.

L'annonce de cette création correspond à une reconnaissance dans l'enseignement primaire, secondaire et supérieur de l'importance de la psychologie et des psychologues que nous représentons, et nous nous en félicitons.

Cette avancée est en totale cohérence avec les objectifs définis par la commission Enfance du Haut Conseil de la Famille, de l'Enfance et de l'Âge et les conclusions des rapports2 de M. De SINGLY et Mme WISNIA­WEILL. et de M. DELAHAYE.

Lors du groupe de travail ministériel, un calendrier a été acté et prévoit une publication du décret au plus tard en juin 2016, de manière à pouvoir mettre en œuvre le nouveau concours de recrutement lors du premier semestre 2017.

C’est pourquoi, les informations délivrées récemment par vos services à propos d’un report de la date de publication du décret après l’aboutissement des négociations menées dans le cadre du « Parcours Professionnel, Carrières et Rémunérations », annoncées au plus tôt pour janvier 2017, ont plongé les personnels dans la plus vive inquiétude.

Alors que de nombreux postes sont actuellement vacants, le risque est d'aggraver la pénurie et de rendre impossible la prise en compte des besoins des enfants, des adolescents, des familles et des équipes éducatives.

Sachant que les obstacles ne sont pas d'ordre technique, nous nous interrogeons sur les raisons de ce report, nous ne comprenons pas les arguments avancés dans la mesure où l’ensemble des décrets statutaires des personnels de catégorie A devront tous être modifiés suite aux décisions qui seront prises pour les rémunérations, les carrières et l'évaluation des personnels.

Les psychologues de l’Éducation nationale attendent depuis plus de trente ans la reconnaissance pleine et entière de leur statut et de leurs missions de psychologue dans le système éducatif au bénéfice de la réussite de chaque élève.

Nous vous demandons donc, Madame la Ministre, de prendre toutes les dispositions nécessaires pour que les délais initialement annoncés soient tenus permettant ainsi cette avancée historique que les personnels, les professionnels de l'enfance, de l'adolescence, avancée que les usagers attendent également , et dont l’Éducation nationale a besoin.

Nous vous assurons, Madame la Ministre, de nos salutations respectueuses.

Le 03 février 2016,

Les neuf organisations signataires

Contact : Sylvie AMICI, sylvie.amici@acop­asso.org


(1) Groupe des neuf : SNP, SNES, SNUipp, UNSA, ACOP-F, AFPEN, FFPP, SFP, AEPU.
(2) « Pour un développement complet de l’enfant et de l’adolescent », rapport de la commission enfance et adolescence rédigé par François de Singly et Vanessa Wisnia Weill (septembre 2015). « Grande pauvreté et réussite scolaire. Le choix de la solidarité pour la réussite de tous », par J.P. Delahaye, IGEN (mai 2015).